Page 21 - Summer2014 Magazine_french.indd

This is a SEO version of Summer2014 Magazine_french.indd. Click here to view full version

« Previous Page Table of Contents Next Page »

Été 2014 • 19

Les membres Optimistes sont ravis qu'elle ait également partagé son message avec eux. Avec un peu de chance, son rêve deviendra bientôt réalité.

Voici un extrait de son texte inspirant

« Je suis atteinte de paralysie cérébrale. La paralysie cérébrale est une déficience de naissance qui peut endommager le cerveau des enfants, provoquer un resserrement musculaire, et une torsion des os. Parfois, j'ai le sentiment qu'il est difficile de cadrer avec les autres parce que je suis différente de mes amies. Je rêve d'être traité comme tout le monde et de m'assurer que les gens n'éprouvent aucune pitié pour une personne handicapée. Pour que mon rêve se réalise, j'essaie de sensibiliser les gens à la paralysie cérébrale et à ce que c'est que d'avoir un handicap.

Je suis la seule personne de mon école à utiliser un iPad en classe. Même si je tente d'écrire à la main, on me dit d'utiliser le iPad parce que j'écris mal. Ce peut être gênant de réaliser que d'autres enfants me regardent en se demandant pourquoi je l'utilise. S'ils me le demandent, je leur explique que mes doigts ne fonctionnent pas aussi bien que la plupart des gens.

Il est difficile d'avoir la paralysie cérébrale parce qu'il arrive parfois que tout le monde ait pitié de toi lorsqu'ils réalisent que tu dois subir une intervention chirurgicale ou recourir à une technologie d'adaptation. Cela signifie également plusieurs

chirurgies, et des choses qui ne sont pas agréables comme les injections de Botox, la physiothérapie, les étirements, et le fait de dormir avec un appareil d'immobilisation du genou ou porter un appareil orthopédique pour les jambes, comme je le fais.

Je suis chanceuse parce que certains enfants souffrant de paralysie cérébrale ne peuvent marcher ni parler. Je n’ai pas pu marcher avant l'âge de trois ans. Puis, j'ai dû subir plusieurs interventions chirurgicales. Lorsque j'étais plus jeune, j'ai été hospitalisé pendant cinq semaines, puis obligé d'utiliser un fauteuil roulant. Pendant quatre années consécutives, j'ai dû être opérée de nouveau. Il arrivait qu'à l'école, les enfants poussent mon fauteuil roulant comme si c'était un jouet. Ou ils s'adressaient à moi comme si j'étais un bébé parce que je devais utiliser une

marchette. Cela me mettait en colère. Ou ils étaient très gentils avec moi tout simplement parce que je venais de subir une chirurgie et qu'ils avaient pitié de moi. Je n'aimais pas ça non plus. C'était vraiment frustrant.

Ma mère et moi avons créé un album de photos qui raconte mon histoire et expliquons ce qu'est la paralysie cérébrale, et les raisons pourquoi j'avais dû me faire opérer. La partie la plus importante, c'est celle où l'on décrit que parce que je ne peux pas marcher aussi facilement que les autres ne signifie pas que mes sentiments sont différents. Je peux encore faire la plupart de mes activités, avoir du plaisir et être une bonne amie. Chaque année,

nous partageons cet album avec les élèves de ma classe pour qu'ils puissent se familiariser avec mon handicap. Cela m'aide à réaliser mon rêve de ne pas être traitée différemment des autres et dit à mes camarades de classe de ne pas avoir pitié de moi.

Plusieurs fois, les médecins, les enseignants, et même mes parents disent que certaines choses vont être trop difficiles à faire pour moi. J'ai passé à deux cheveux de ne pas participer au concours parce que ma mère disait qu'il y avait trop de règles à suivre. Mais les membres de ma famille savent très bien que je fais les efforts nécessaires, et ils disent que tant et aussi longtemps que j'essaie, ils sont fiers de moi. Ils m'ont enseigné de toujours être très courageuse et de faire de mon mieux.

Quand je raconte mon histoire aux autres, ils comprennent mieux ce que peut être la vie pour quelqu'un souffrant de paralysie cérébrale, et, avec un peu de chance, leur faire comprendre qu'une personne handicapée est comme tout le monde. Même si je suis encore jeune, j'ai l'impression d'accomplir quelque chose d'important par rapport à mon rêve parce que j'ai sensibilisé beaucoup de gens à la façon de traiter équitablement une personne atteinte d'un handicap. Cela me procure un sentiment de réussite. »

Merci au Optimist Club of West St Paul d'avoir partagé des informations sur leur concours doté de bourse d'études.

"

Summer2014 Magazine_french.indd 19 5/27/14 5:44 PM

Page 21 - Summer2014 Magazine_french.indd

This is a SEO version of Summer2014 Magazine_french.indd. Click here to view full version

« Previous Page Table of Contents Next Page »